Tribunes libres - février 2018



MAJORITÉ MUNICIPALE 

Ensemble pour les quartiers 
Afin de développer et renforcer l’attractivité de notre ville, en plus des grands projets et des politiques transversales que nous mettons en œuvre, nous sommes convaincus de la nécessité de s’appuyer sur nos quartiers. Ainsi, après avoir découpé la ville en 5 secteurs et 22 quartiers, nous avons mis en place de nombreux outils participatifs pour être à l’écoute des Stéphanois au quotidien tels que les conseils de quartier, les marches urbaines ou encore l’organisation de réunions publiques. De même, SaintÉtienne Bonjour et l’application MobiliSÉ Saint-Étienne sont à votre disposition pour faire remonter les difficultés liées à l’espace public. Après 3 ans de mandat, nous mesurons pleinement l’efficacité de ces dispositifs dont le seul objectif est d’améliorer votre cadre de vie afin que chacun se sente bien dans son quartier et donc dans Saint-Étienne.
Carnot, Foch et Montaud 
Dès 2014, pour faire suite aux demandes des riverains, nous avons repris les aménagements de la place Carnot. Afin d’améliorer le confort des usagers et rendre cet espace accessible à tous, l’ensemble des cheminements a été pavé, le nombre de bancs a été doublé et des tables de pique-nique installées. Enfin, à l’occasion de la dernière Biennale Internationale Design, une aire de jeux originale et ludique a été aménagée à l’angle du boulevard Jules-Janin et de la rue Bergson.
Alors que le terrain était en friche depuis de nombreuses années à l’arrière de la Cité du Design, ce sont plus de 2 hectares qui ont été réaménagés en espaces verts afin de développer la nature en ville et proposer des espaces de détente de qualité aux habitants du quartier.
Les arches de Carnot étaient particulièrement dégradées et inhospitalières, c’est pourquoi en 2016 nous avons procédé à la démolition des garages et autres verrues qui ternissaient l’image de notre ville. Par la suite les arches ont fait l’objet d’un nettoyage complet afin de révéler le viaduc et laisseront bientôtplace à une large promenade arborée et sécurisée.
Couriot, Tarentaize et Beaubrun 
Dans le cadre de notre plan de mandat, nous nous sommes engagés à améliorer le cadre de vie des Stéphanois, cela passe par une offre de logements adaptée, par des aménagements de l’espace public de qualité, ou encore par un environnement agréable et design. L’îlot Rondet-Tarentaize en est un parfait exemple. Après avoir procédé aux démolitions fin 2016 pour supprimer une friche importante de pas moins de 15 immeubles, soit une parcelle de quelque 2 500 m² présente sur le quartier depuis plus de 15 ans, nous avons réaménagé cet îlot en un vaste espace vert afin d’aérer le tissu urbain. L’objectif de cette opération consiste à apporter plus de confort et de qualité sur l’espace public en favorisant la biodiversité et en s’inscrivant dans la démarche autour de la nature en ville. Pour profiter de cet écrin de verdure, une large passerelle en bois a été installée le long des trottoirs existants ce qui permet par la même occasion de sécuriser les circulations piétonnes, notamment à proximité de l’arrêt de bus.
 
De passerelle, il est encore question dans ce quartier puisque lors de la dernière fête de la Sainte-Barbe a été livré un franchissement piéton de 122 m de long et 4,5 m de large qui connecte directement le grand site patrimonial du Musée de la Mine à la ville. Cette passerelle surplombe la voie ferrée et le parc Couriot à 4,5 m de hauteur pour offrir aux usagers un large panorama. Dans le cadre de ces travaux, l’accessibilité au parc Joseph-Sanguedolce depuis le boulevard urbain est également très nettement renforcée puisqu’un escalier et un ascenseur ont été installés au niveau du pont de la Pareille.
Ces nouveaux aménagements deviendront sans nul doute des symboles de notre ville et du design stéphanois ! Jacquard et Préfecture Consciente de ses nombreux atouts longtemps mal considérés et peu exploités (proximité avec l’hypercentre,accessibilité, richesse du tissu urbain patrimonial...), l’équipe municipale œuvre depuis 2014 à la métamorphose du quartier Jacquard, afin qu’il s’impose définitivement comme un quartier attirant, dynamique et à l’identité préservée. Un défi en passe d’être relevé ! Dans notre volonté d’attirer de nouveaux habitants et selon notre objectif de redonner au quartier une forte dimension résidentielle, nous mettons en œuvre avec l’Épase des dispositifs et partenariats innovants au profit de la rénovation de logements qui contribuent au renouvellement de l’offre. Nous avons également lancé les travaux relatifs à la création d’un jardin public de 6 000 m2, contrepoint végétal à la dominante minérale de la place Jacquard et qui s’établira comme un « poumon vert ».
Pour que le quartier redevienne facile d’accès et facile à circuler, nous avons procédé à la création d’une zone 30, gageure d’une cohabitation apaisée de tous les modes de déplacement.
En novembre dernier ont également démarré les travaux pour les aménagements piétons et paysagers dans le secteur Grand-Gonnet/Balzac, qui vont transformer cet espace.
Cette « vie de quartier » tant appréciée par ses habitants a trouvé un souffle nouveau grâce à l’ouverture de nombreux commerces qui illustrent une attractivité retrouvée. Nous accordons de la même manière une attention toute particulière au fonctionnement et à la modernisation du marché de plein-air de la place Jacquard, qui s’y tient 4 fois par semaine, et auquel nous appliquons le dispositif innovant de « zéro déchet ».
Enfin, le quartier est le théâtre de nombreuses animations de qualité pour rassembler les Stéphanois et accueillir de prestigieuses compétitions sportives avec le gymnase Jean-Gachet.
 
Caroline Montagnier 
Samy Kéfi-Jérôme 
Lionel Boucher 
Daniel Jacquemet 
Pascale Lacour 
Paul Corrieras 
Groupe Provoquons l’Avenir !
 

MAJORITÉ MUNICIPALE 

La préservation de la biodiversité dans nos espaces verts 
Penser et dessiner l’avenir de notre ville en apportant une meilleure qualité de vie aux Stéphanois, telle est notre ambition depuis 2014.
Atteindre cet objectif suppose de renforcer notre attractivité et de révéler nos atouts. Parmi ces atouts, il y a la beauté de la nature et de nos espaces verts.
La majorité municipale mène un nombre important d’actions visant à préserver ce patrimoine naturel et l’identité de notre territoire pour favoriser la biodiversité.
Nos jardiniers municipaux sont en pointe sur ce sujet. L’équipe municipale s’engage via la charte « Zéro phyto » à ce que nos agents n’emploient plus de pesticides lors de leurs opérations d’entretien avec un double objectif : préserver la nature, mais également la santé des hommes.
Dans l’ensemble de nos serres municipales, nous n’utilisons plus de produits phytosanitaires et nous privilégions les plantes moins gourmandes en eau. Nous favorisons par ailleurs la diversité des espèces pour les protéger en cas de maladie d’une essence.
Dans le cadre de la démarche « Nature en ville », une gestion différenciée de l’espace public est mise en œuvre : dans les espaces publics très fréquentés, nous pratiquons un fleurissement annuel, l’herbe est tondue chaque semaine et l’arrosage systématique. À l’inverse, dans les espaces où il y a moins de passage journalier comme dans nos parcs, nous appliquons un arrosage raisonné et plantons régulièrement de nouveaux arbres. Dans les espaces naturels classés en zone Natura 2 000 comme le bois d’Avaize, seules les espèces locales d’arbustes à fruit sont plantées pour nourrir les oiseaux. Ces espaces verts permettent de créer des respirations dans la ville et c’est la raison pour laquelle l’équipe municipale redouble d’effort pour préserver ceux qui existent et développer ceux qui doivent l’être.
 
Alexandra Custodio 
Jean-Pierre Berger 
Marie-Dominique Faure 
Groupe Provoquons l’Avenir !
 

MAJORITÉ MUNICIPALE 

Des équipements sportifs modernes et de meilleure qualité 
En ce début d’année, nombreux parmi vous ont pris comme bonne résolution de faire plus de sport, ou en tout cas de se lancer dans une (nouvelle) pratique sportive.
Conscients de la richesse de notre patrimoine, nous veillons depuis 2014 à l’entretien et à la rénovation de tous nos équipements sportifs -qui en avaient pour certains bien besoin. L’objectif demeurant que chaque Stéphanois, quels que soient son âge, sa condition physique ou son quartier d’habitation, trouve les moyens de pratiquer le sport de son choix et dans les meilleures conditions possibles.
Dernière illustration en date de cet engagement fort : le stade Auguste- Dury, situé dans le quartier de Côte-Chaude, qui va bénéficier d’un vaste projet de modernisation pour accompagner la montée en niveau du Côte-Chaude Sportif (CCS). Devant démarrer dès le mois de juin, les travaux consisteront en l’extension du terrain d’honneur pour répondre aux normes de la Fédération Française de Football, ainsi qu’en la construction d’un nouveau bâtiment sportif accueillant des vestiaires et des espaces dédiés tels que bureaux, lieu de stockage de matériel et salle de convivialité. Cet investissement d’un total de 2 millions d’euros, qui figure dans le plan de mandat, permettra au plus ancien club de la ville d’enfin disposer de locaux adaptés, lui qui se contentait jusqu’à présent de locaux provisoires… depuis plus d’une dizaine d’années ! Cette politique volontariste de modernisation et de réhabilitation concernera également en 2018 le stade Henri-Lux, consacré exclusivement à l’athlétisme, et la piscine Raymond-Sommet, principale piscine de la ville, dont les travaux seront poursuivis.
À ces beaux projets s’ajoute la rénovation d’envergure récente de la salle Omnisport de la plaine Achille, la plus grande de la Loire.
Saint-Étienne ville de la passion sportive, se transforme petit à petit et nous vous espérons de plus en plus nombreux pour en profiter ! 
 
Brigitte Masson 
Jacques Phrommala 
Groupe Provoquons l’Avenir !
 

MAJORITÉ MUNICIPALE 

Ville et handicaps
Depuis le début de notre mandat, nous avons souhaité accentuer la sensibilisation menée par la Ville pour changer les regards sur le handicap et pour aider les personnes en situation de handicap à prendre toute leur place dans la cité.
Car c’est en diversifiant et en multipliant les actions d’inclusion que nous ferons évoluer les comportements. Ainsi, la Ville mène, seule ou en partenariat, des actions en matière de logement, d’éducation, d’emploi, de formation, de culture, de sports et de loisirs, d’accessibilité des lieux publics, de mobilité, d’information, de concertation… C’est dans le même esprit, qu’avec les associations et institutions concernées, nous avons également fait évoluer une « Ville en partage » pour proposer des événements tout au long de l’année et non pas seulement sur 15 jours comme auparavant. Soucieuse du bien-être de l’ensemble de ses citoyens, la Ville œuvre à l’amélioration du quotidien de tous et plus particulièrement des personnes les plus fragilisées.
L’écoute et la solidarité font partie du patrimoine stéphanois.
L’histoire de notre ville montre que ses habitants savent être attentifs à autrui. Lutter contre les tabous et les préjugés pour faciliter l’autonomie et le quotidien de tous et notamment des personnes en situation de handicap contribue à faire évoluer les mentalités. Et c’est ainsi que nous construisons chacun à notre niveau et avec nos moyens une société plus juste où le bien-vivre ensemble n’est pas qu’un vain mot. Chaque habitant, handicapé ou non, doit pouvoir trouver l’opportunité de s’épanouir dans une ville où chaque citoyen a sa place.
 
Gilles Artigues 
Anne-Françoise Viallon 
Groupe Provoquons l’Avenir !
 

SAINT-ÉTIENNE NOUVELLE GAUCHE 

La sécurité, une priorité ! Vraiment ? 
Gaël Perdriau le dit et le répète à l’envi : la sécurité est LA priorité de son mandat. Laissant penser qu’avant lui, tout n’était que désordre et laxisme, et bien que la sécurité publique relève de la compétence régalienne de l’État, nous allions voir ce que nous allions voir ! Ce discours, d’apparence volontariste, a été appuyé par de vastes campagnes de communication autour de quelques décisions symboliques.
Quel bilan de cette politique à mi-mandat ? Plutôt que de vaines polémiques, nous préférons rester factuels.
Force est de constater que les événements récents mettent à mal les ambitions de notre maire.
Tous les matins ou presque, des faits divers ornent les couvertures de la presse locale : coups de feu rue Neyron, véhicules incendiés au Grand Clos, course poursuite cours Gustave-Nadaud… Silence assourdissant du maire, qui préfère envoyer ses adjoints au « casse pipe » médiatique. Et voilà que la sécurité redevient, comme par enchantement, de la seule responsabilité de l’État, jugé défaillant… Après avoir fait l’autruche lorsque des comportements délictueux lui ont été signalés par des élus et des habitants, comme à Terrenoire, après avoir refusé d’expérimenter à Saint-Étienne la police de sécurité du quotidien proposée par le gouvernement, pourtant loin d’être la panacée, après avoir minimisé les faits récents, voilà notre maire qui s’inquiète auprès du ministre de l’Intérieur des moyens accordés à notre territoire… En matière de sécurité, Gaël Perdriau a perdu en ce début d’année toute crédibilité, préférant se cantonner au rôle certes agréable mais terriblement futile de « garde du corps » des Miss prestige qui ont paradé en ville plus d’une semaine. Chacun ses priorités ! 
 
Pierrick Courbon 
Myriam Ulmer 
groupenouvellegauche @gmail.com
 

GROUPE SAINT-ÉTIENNE EN MARCHE 

Sécurité : où sont les résultats ? 
Certes, la sécurité de tous et dans toute la ville est un sujet difficile.
M. Perdriau en a fait un des piliers de sa communication. Estimant qu’avant lui rien n’avait été fait, nous allions voir ce que nous allions voir ! Avec son élection, tout allait changer ! Alors ? Où en sommes-nous ? Non seulement le résultat si prétentieusement annoncé n’est pas là, mais les choses se dégradent.
Chacun peut le constater dans ses usages quotidiens. La presse ces dernières semaines vient d’ailleurs confirmer cette dégradation en relatant plusieurs événements graves.
Le recrutement d’agents de Police municipale, l’installation de caméras de surveillance ne suffisent pas. Les annonces, les effets de communication électorale, se heurtent à la complexité des réalités du terrain et ne constituent pas à elles seules une politique de sécurité publique.
Car toutes les voies d’actions doivent être activées simultanément.
Pour ne citer que deux exemples, quel que soit le nombre d’agents ou de caméras, un centre-ville qui se vide de ses commerces, des acteurs associatifs du vivre-ensemble qui ne sont plus soutenus comme ils le devraient, contribuent à l’amplification du sentiment d’insécurité et au développement d’actes répréhensibles.
En matière de lutte contre l’insécurité, il faut avoir la lucidité de saisir toutes les opportunités qui sont offertes. Ainsi, M. Perdriau n’a pas jugé utile d’inscrire Saint-Étienne parmi les villes expérimentant la Police de Sécurité du Quotidien mise en place par le gouvernement.
Cette erreur est un gâchis.
C’est une chance perdue pour notre ville de voir la situation évoluer positivement en matière de sécurité. M. Perdriau, sur ce sujet comme sur d’autres, devrait cesser de penser que seules ses idées sont bonnes et faire passer l’intérêt général et l’efficacité avant sa stratégie de communication.
 
Groupe d’opposition Saint-Etienne en Marche 
Pierre Fayol-Noireterre 
Florent Pigeon 
Pascale Marron

 

SAINT-ÉTIENNE GROUPE COMMUNISTE 

L’argent public pour le bien des Stéphanois 
Les orientations budgétaires pour 2018 confirment que le budget présenté fin février sera dans la continuité des précédents. Les élues communistes contestent les choix de la municipalité sur l’utilisation de l’argent public, donc nos impôts.
Les baisses importantes de dotations de l’État depuis 2015 rendent l’exercice compliqué, de même le pacte financier imposé en 2018 par le gouvernement qui contraint les dépenses de fonctionnement. Or G. Perdriau poursuit inexorablement la mise en œuvre de son programme électoral, alors que, 4 ans après, les priorités méritent d’être revues. Ce serait faire preuve de clairvoyance et de pragmatisme.
La politique menée en matière de sécurité, priorité du mandat, est très coûteuse pour un résultat qui apparaît discutable pour les habitants des quartiers touchés par les trafics de drogue et les incivilités (voir les récents événements sur la ville). C’est un constat d’échec ! La multiplication de caméras de vidéosurveillance ainsi que le doublement de l’effectif de policiers (60 recrutés depuis 2014 et 40 à venir) génèrent des dépenses qui auraient été bien plus utiles ailleurs, notamment pour préserver les missions de service public en direction de toute la population. Par exemple, donner des moyens à l’éducation, aux associations qui oeuvrent dans les quartiers et à l’amélioration de la qualité de vie.
Une politique municipale efficace dans l’intérêt des Stéphanois ne consiste pas à prendre des mesures électoralistes en surfant sur les peurs, mais plutôt à favoriser des projets pour le bien-être de tous.
M. Bianchin 
MH. Thomas 
groupecommunistesainte 42@gmail.com

 

SAINT-ÉTIENNE EN MIEUX 

Centre-ville, une forte compétition ! 
À quelques jours des fêtes de Noël, le commerce stéphanois a été marqué par l’inauguration de la nouvelle galerie commerciale de Monthieu. La volonté de l’exploitant de ce lieu est de repositionner la galerie en gagnant des commerces.
Mais en modernisant son outil de travail, il gagne des implantations en les prenant inévitablement ailleurs. Car au-delà d’une simple rénovation, il en a profité pour s’agrandir considérablement.
Ces mètres carrés commerciaux sont autant de mètres carrés en concurrence avec le centre-ville.
Preuve en est le déménagement de la grande surface des galeries Dorian vers Monthieu.
Au même moment, le chantier du nouveau centre commercial Steel au Pont-de-l’Âne se poursuit.
Ce lieu créera forcément une concurrence à nos commerces de centre-ville et de quartiers, même s’il s’agit plutôt de moyennes surfaces.
Et pendant ce temps là, c’est le centre commercial de Montravel à Villars qui s’étend. Après plusieurs agrandissements des commerces, notamment de franchises vestimentaires, on voit poindre une immense plateforme pour accueillir brasserie, bowling et autres lieux de loisirs … Autant d’investissements qui feront reculer le commerce de centre-ville.
Pas étonnant donc que des commerçants inquiets demandent plus de prises en compte du centre-ville avec de meilleures animations qualitatives, par exemple à Noël.
Souhaitons donc une bonne année au centre-ville et aux commerces avec l’arrivée d’activités complémentaires, la fin des fermetures de boutiques. Sans oublier qu’un centre-ville qui marche ce sont des terrasses, des espaces verts, des voies piétonnes et cyclables.
 
Olivier Longeon 
et Stéphanie Moreau 
Conseillers municipaux écologistes du groupe St-Étienne en Mieux 
saintetienne.enmieux@ gmail.com
 

SAINT-ÉTIENNE BLEU MARINE, FRONT NATIONAL 

Belle année dans la sérénité ! 
2017 s’achève pour laisser place à une nouvelle année, et l’heure des bilans en tout genre a donc traditionnellement sonné... Il en est un qui a même provoqué un rassemblement de plusieurs dizaines de policiers le mardi 2 janvier. Ils répondaient à l’appel du syndicat Alliance, suite à l’agression de leurs collègues en Île-de-France, mais aussi pour protester contre les violences exercées contre eux en général.
« Ce rassemblement est la preuve d’une forte émotion par rapport à ce qui s’est passé en région parisienne », explique Pierre Cognard, représentant départemental du syndicat. En effet, sans entrer dans les détails des « débordements » de la Saint-Sylvestre, on déplore dans la Loire 415 policiers victimes en 2017, faisant bondir les statistiques de + 42 %.
Ces chiffres sont proprement inadmissibles et ne peuvent être tolérés. Il est temps que de véritables moyens soient déployés, aussi bien au niveau de la justice que de la gendarmerie ou de la police.
À quand la « tolérance zéro » que le Front National prône depuis des années ? À quand la fin de cette impunité dans laquelle vivent les coupables (que certains appellent pudiquement et de façon mensongère - « petits délinquants ») et qui crée dans notre ville – et la France tout entière – un sentiment d’insécurité qui progresse à travers le pays au point d’atteindre son plus haut niveau historique ? En effet, selon une récente enquête de l’Observatoire de la délinquance, 32 % des Français disent avoir été les témoins d’au moins une infraction ces 12 derniers mois. Désormais, plus d’un Français sur cinq affirme éprouver une crainte et parfois de la peur là où il vit... Il faut que cela change ! En ce début d’année, nous vous souhaitons tous nos vœux pour vous et vos familles, en espérant qu’un jour Saint-Étienne soit une ville apaisée où le besoin essentiel de sécurité soit assuré pour chacun.
Groupe FN Saint-Étienne Bleu Marine

 

GROUPE DIVERS GAUCHE 

Illuminations – Marché de Noël 
Un investissement a minima.
Le mois de janvier étant celui des vœux, c’est avec plaisir que nous avions adressé les nôtres à l’ensemble des Stéphanoises et des Stéphanois.
Nous sommes en février, nous allons formuler un autre vœu qui prend la forme d’un objectif politique : celui des illuminations et animations des fêtes de Noël.
Notre vœu, c’est que la Ville prenne conscience que cette période de fêtes est un moment privilégié, qui doit faire du bien à chacun d’entre nous, un moment de sérénité et d’apaisement. Pour cela, elle doit s’y investir plus activement. Cela n’a malheureusement pas encore été le cas en 2017.
Les illuminations ont été réduites à quelques quartiers favorisés, et les quartiers périphériques n’en ont absolument pas bénéficié, ce que nous regrettons fortement.
Un décor de Noël avec quelques jeux de lumières aurait pourtant été apprécié de tous et aurait apporté un peu de gaieté et de féerie à nos quartiers qui accueillent de nombreuses familles avec enfants. Force est de constater que ceux-ci ont tout simplement été oubliés par l’élu en charge des illuminations et nous ne pouvons que déplorer ce choix politique.
Et puis, il y a le marché de Noël sur la place de l’Hôtel-de-Ville. Ce dernier, un peu désuet, aurait pu être plus conséquent pour donner une vraie image de fête à notre ville.
Malgré le soutien financier qui a été apporté, la valorisation de la quinzaine, sa médiatisation, ses animations ont été insuffisantes.
Il est inadmissible qu’il ait fallu quinze jours pour démonter le marché, lequel, donnait l’impression d’un lieu abandonné, fantôme, au cœur de la ville ! À la municipalité et plus particulièrement à ceux chargés de l’animation de Saint-Étienne de travailler plus sérieusement et avec plus d’entrain sur ce dossier des fêtes de fin d’année 2018 afin que personne ne soit oublié.
 
Nadia Semache 
André Friedenberg 
groupediversgauche@ gmail.com