Musée d'Art Moderne et Contemporain, 30 ans déjà, ça se fête !

Du 06-12-2017 au 31-01-2018

Musée d'Art Moderne et Contemporain, 30 ans déjà !

Deuxième musée de France pour sa collection d’œuvres du XVIe au XXIe siècle, le Musée d'Art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole fête ses 30 ans de façon grandiose avec un cycle d'expositions exceptionnelles depuis le 10 novembre.

 

 

Plein les yeux !

Il était fermé au public depuis le 18 septembre dernier pour préparer soigneusement son trentième anniversaire. Le Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole rouvrira ses portes le soir du 10 novembre pour vous faire partager des expositions exceptionnelles.

Voir rouge avec Anish Kapoor
Pour ses 30 ans, le musée a donné carte blanche au sculpteur britannique Anish Kapoor qui propose l'exposition My Red Homeland dans la grande salle centrale du bâtiment. Une carte blanche qui vire donc généreusement au rouge avec des œuvres massives, notamment une base circulaire de 12 mètres de diamètre emplie de peinture à la cire et à l'huile poussée par un long bras mécanique, témoignage imposant du travail de l'artiste autour de la couleur, de la forme et de la matière.

Ces œuvres, dont certaines ont fait le tour du monde, côtoient d'autres propositions inédites, exposées pour la première fois grâce à la complicité de longue date qui unit Anish Kapoor à Lóránd Hegyi, commissaire de l'exposition et ancien directeur général du musée. Cette exposition est à découvrir jusqu'au 8 avril 2018.

Retrouver la collection emblématique

Avec l'exposition Considérer le monde, le musée va raviver vos souvenirs de visite avec des œuvres incontournables de sa collection qui retrouveront, jusqu'à novembre 2018, la lumière et les murs des salles d'exposition.

Citons les fameux tableaux « Trois femmes sur fond rouge » et « La partie de campagne » de Fernand Léger, « Agbatana II » de Frank Stella et ses bandes de couleur arrondies ou bien encore l’œuvre « From the Entropic Library » de Claes Oldenburg et Coosje Bruggen qui présente des livres gigantesques rongés par le temps et dont l'équilibre, entre deux presse-papiers, semble plus qu'instable. En tout, 300 œuvres vous sont proposées, réunissant 170 artistes !

 

 

Un musée...

Ouvert sur le monde
Entre 300 et 400 œuvres du musée sont prêtées et exposées à travers le monde dans des lieux prestigieux tels que la Villa Médicis à Rome, la fondation Beyeler à Bâle ou bien encore le musée Guggenheim et le MoMA, à New York. Ce sont également parfois des expositions entières qui sont présentées hors-lesmurs.

Ça a été récemment le cas en Corée du Sud et en Afrique du sud. C'est également le cas actuellement en Chine où 51 chefs-d’œuvre réunis au sein de l'exposition De Monet à Soulages : Chemins de la modernité ont rejoint le musée municipal de Chengdu et le Wuhan Art Museum après avoir investi durant cinq mois l'université de Tsinghua. Le succès est sans appel : près de 200 000 visiteurs ont déjà été enregistrés en moins d'un mois à Chengdu.

Ouvert au numérique
Dès décembre, le musée lance son application mobile pour tablettes et smartphones ! Disponible gratuitement sur Apple Store et Google Play, cette appli vous accompagnera lors de votre visite.

Elle vous permettra également d'acheter votre billet en ligne et de consulter l'agenda des événements. À noter que la billetterie sera également accessible en ligne via le site internet du musée et sa version mobile dès la fin novembre.

Ouvert à tous les publics
Que vous veniez en famille, que vous soyez étudiants ou professionnels, connaisseurs ou non, le musée soutient la diffusion artistique en se rendant accessible au plus grand nombre. Des visites-ateliers sont régulièrement organisées pour les enfants de même que des visites guidées dédiées aux familles avec des commentaires adaptés. Le musée est également gratuit pour les moins de 16 ans et les étudiants sur présentation d'un justificatif.

Ouvert au design
Implanté dans la seule ville Unesco design de France, le Musée d'art moderne et contemporain se devait bien d'avoir sa propre collection design ! Une collection qui a débuté dès les années 80 par de premières acquisitions, jusqu'à détenir à ce jour près de 2 000 pièces retraçant l'histoire du design. Mobilier, électroménager, audiovisuel, cette riche collection est la seule de cette ampleur en France, hors de Paris.

 

La déferlante Othoniel

Le célèbre artiste d'origine stéphanoise Jean-Michel Othoniel est de retour au musée ! À partir de mai 2018, ses Invisibility Faces feront face à The Big Wave, une gigantesque vague de 5 mètres composée de 10 000 briques de verre soufflé et inspirée notamment de son voyage au Japon lors de la catastrophe de Fukushima. « C’est la plus grande sculpture que j’ai jamais créée. Elle est pleine de sentiments contradictoires, entre tristesse et joie, rêve et danger. Le thème de la vague m’obsède », explique l'artiste qui garde un souvenir très fort du musée. « Il est à la base de ma carrière d’artiste. Stéphanois, c’est dans ce musée, lorsque je le visitais étant enfant avec mes parents, que j’ai eu ma vocation.
C’est grâce à ce musée que je suis devenu artiste. »

L'art, intensément

Elle a pris ses fonctions le 1er octobre, plongeant d'emblée dans l'effervescence de ce 30e anniversaire. Aurélie Voltz est la nouvelle directrice du musée.

Éthique et passion. Telles sont les valeurs qui animent Aurélie Voltz et qu'elle revendique. À 44 ans, cette native de Paris se dit « heureuse de s'investir dans un seul et même lieu, à long terme ».

Car son parcours professionnel, riche, l'a emmenée en France comme à l'étranger.

Diplômée de l'école du Louvre, elle a d'abord exercé au sein de la galerie d'art parisienne Durand-Dessert avant de rejoindre le Musée d'art moderne de Paris. « Le marché de l'art n'était pas forcément ce qui m'intéressait, expliquet- elle, c'est en arrivant au Musée d'art moderne de la Ville de Paris que j'ai eu comme une révélation. Je me suis tout de suite sentie à ma place ». Elle y travaillera durant 5 ans comme assistante d'exposition. « J'y ai vécu une expérience magnifique, au contact des artistes.

Nous construisions ensemble les expositions, les catalogues, j'y ai découvert de jeunes talents, français comme étrangers », se souvient-elle.

Avec un père graphiste et une mère journaliste pour la revue Connaissance des Arts, Aurélie Voltz a toujours baigné dans le milieu artistique, passant de nombreux week-end dans les musées parisiens. Elle aime vivre l'art, sur le terrain, et façonner les expositions. « Je suis plus dans le faire que dans la théorie.

J'aime voir une exposition se construire, échanger avec l'artiste, confronter des œuvres dans une salle ».

Une passion qui la conduira en 2001 jusqu'au Palais de Tokyo, à Paris, avant de devenir commissaire indépendante, basée à Berlin. Cette expérience à l'étranger durera six ans. « À Berlin, je me trouvais dans l'épicentre de l'art contemporain, un passage obligé pour tous les artistes. J'y ai tissé un réseau qui m'a permis de réaliser des expositions à Londres ou bien encore Turin », explique-t-elle.

« Une collection impressionnante à Saint-Étienne ! »

Un réseau qu'elle compte bien mettre à profit dans ses nouvelles fonctions de directrice, à Saint-Étienne. « Je n'étais jamais venue dans cette ville », concèdet- elle. « Je connaissais en revanche le musée de réputation. La collection est composée de 20 000 œuvres dont près de 2 000 pièces design, c'est impressionnant ! » souligne celle qui a par ailleurs été directrice des Musées de Montbéliard.

À Saint-Étienne, Aurélie Voltz aura à cœur de faire venir un large public en proposant des expositions qui font « parler le passé et le présent pour permettre une projection vers le futur ».

Elle imagine déjà des rétrospectives d'artistes modernes et contemporains, l'intégration d'artistes émergents dans la programmation et l'intégration du design dans la présentation des expositions. Un musée qu'elle souhaite davantage faire vivre hors-les-murs, toujours avec cette volonté d'aller à la rencontre du public. Ce sera le cas avec des expositions d’œuvres du musée à la Cité du Design ou bien encore des expositions dans d'autres communes de Saint-Étienne Métropole.